ISTAV - Hygiène Animaux de compagnie (2)

Comment occuper votre chien dans la journée ?

Que faire de votre chien lorsque vous partez toute la journée travailler ?
C’est un vrai problème.

Peut-il rester seul pendant un aussi grand nombre d’heures dans la journée ? Vous avez entendu parler de ces chiens qui détruisent les meubles, voir s’attaquent aux portes, aux cloisons intérieures lorsqu’ils restent à l’intérieur de l’appartement, de creuser des trous dans les plantations à l’extérieur, d’aboyer à la mort tant que vous êtes absent. Bref votre chien risque de mal supporter la séparation temporaire. Et vous vous avez quelques difficultés à supporter les dégâts occasionnés et les reproches, voire les injures de vos voisins

Que peut-on faire pour éviter ces difficultés ?

C’est difficile si le chien a pris de mauvaises habitudes. C’est beaucoup plus simple si vous avez habitué votre chien dès son plus jeune âge, mais cela nécessite un peu de disponibilité. Malgré ces difficultés, il est possible d’habituer un chien à rester seul un grand nombre d’heures. J’ai même connu des chiens qui en semaine, poussait presque leur maître dehors de l’appartement. Pour que votre chien accepte de rester seul, 3 méthodes complémentaires peuvent être mises en œuvre

  • S’occuper de lui pendant que vous être présent.
  • L’habituer à se sentir bien dans son panier et à rester seul.
  • Lui donner quelques occupations lorsque vous êtes absent.

Bien entendu, tous les chiens ne sont pas semblables. Certains ne présentent pas de difficulté. Pour d’autres, l’apprentissage est plus long. De plus en termes d’occupations, les attentes peuvent être différentes.

Occupez-vous de votre chien pendant votre temps libre

Plus un chien a d’occupations lorsque vous êtes avec lui, plus il acceptera de rester seul, le reste du temps. À titre d’exemple. Si vous avez la possibilité de le sortir assez longtemps le matin avant de partir, pas uniquement pour ses besoins, mais aussi pour qu’il effectue une activité physique suffisamment longue, il aura envie de se reposer. Mais attention : Vous occuper de lui quand vous êtes présent et ne pas lui faire un apprentissage, cela conduit à un désastre car il ne comprend pas pourquoi vous l’abandonnez.

Habituez votre chien à rester seul dans son panier

Votre chien doit avoir son coin à lui et il doit être habitué à rester dans son coin. C’est la base, c’est essentiel même si cela ne suffit pas. Votre chien doit avoir son coin à lui, qui doit être un lieu dans lequel il se sent bien. Bien entendu de nombreux chiens aiment le confort et avoir un panier avec un bon coussin est de nature à leur plaire. Ce qui importe c’est qu’il ne soit pas inconfortable. Par exemple, si le coussin n’est pas assez épais et que le sol est froid en hiver, cela ne lui conviendra pas. Ce coin doit être situé dans un endroit calme de la maison. Le chien doit pouvoir être tranquille et ne pas être perturbé ni par trop de bruit, ni par des passages incessants. On ne place pas ce coin au point central de la maison. L’habituer à rester seul dans son coin est un apprentissage nécessaire. Il n’est pas très difficile lorsqu’il est réalisé dès l’arrivée du chiot à la maison. Il repose sur le fait que :

  1. Le chien ne dort pas dans votre chambre – et encore moins sur votre lit – mais dort dans son panier. Tout le monde sait que les premières nuits, ce n’est pas toujours facile de dormir car le chiot pleure la nuit, mais très rapidement, il se calme, surtout s’il entend une grosse voix un peu fâchée.
  2. Dès le premier jour, habituez-le à rester quelques minutes dans son panier. Vous l’y placez, vous lui dites avec une voix un peu ferme mais pas dure, de rester. Certes, il ne comprendra pas les mots, mais saisira que c’est un ordre et vous restez à deux ou trois mètres de lui et vous le surveillez sans le fixer. Dès qu’il sort une patte du panier, vous lui dites « NON », avec le même ton ferme. Par nature, un chiot obéit et remet sa patte dans son coussin. Mais ceci n’est possible que si vous êtes resté pas très loin de lui. Au bout de quelques minutes, la première fois, vous l’appelez, vous avez un ton heureux et vous le félicitez par des caresses, par une friandise, par des compliments. Pour ma part, je suis extrêmement favorable aux friandises. C’est à mon avis ce que le chien comprend le mieux. Et je reste toujours impressionné par les personnes qui éduquent leur chien sans friandise, uniquement par des caresses et des compliments.

Vous allez recommencer cet exercice 2 à 3 fois par jour en allongeant progressivement le temps qu’il reste dans le panier, en vous éloignant progressivement. L’idée majeure, durant les premiers jours est que ce soit vous qui décidiez du moment où votre chien peut sortir de son panier et non pas lui. L’erreur à ne pas commettre dans le premier temps, c’est de le laisser trop longtemps sans surveillance car forcément il quittera son panier. Bien entendu, à terme, à partir du moment où il ira tout seul dans son panier, il pourra en sortir quand bon lui semble. Progressivement aussi, vous sortirez de la maison quelques minutes après l’avoir placé dans son panier, de plus en plus plus longtemps. Un chien apprend facilement si cet apprentissage est progressif. Il n’apprend pas si les changements sont brutaux. Si vous acquérez votre chiot le premier jour de vos vacances que vous restez en permanence avec lui pendant cette période sans l’habituer à rester seul et que du jour au lendemain vous partez toute la journée au travail, vous comprenez bien que cela ne peut pas bien se passer. Cette méthode est d’autant plus efficace, que, par ailleurs votre chien a des compensations au fait de rester seul plusieurs heures.

Le faire vivre dans un milieu enrichi

Enfin, ce qui est souhaitable, c’est qu’il ait ses propres occupations. Il est utile de faire vivre votre chien dans un milieu enrichi. C’est une notion importante aujourd’hui en éthologie. Cet enrichissement du milieu est particulièrement travaillé dans les zoos afin d’éviter les troubles de comportement des animaux sauvages, en particulier des stéréotypies. Cet enrichissement consiste à augmenter les possibilités d’interaction entre le chien et l’environnement dans lequel il vit lorsque vous êtes absent. Cet enrichissement du milieu doit être adapté à son comportement. Que peut-il bien faire lorsque vous n’êtes pas là ? Plein de choses. Et que doit-on mettre à sa disposition ? D’abord, pour avoir de véritables activités, il faut que vous lui laissiez suffisamment de place pour se déplacer. Si vous enfermez votre chien dans la cuisine ou toute autre pièce, bien évidemment, il ne peut pas faire grand-chose. Le fait de pouvoir aller d’une pièce à l’autre est particulièrement souhaitable. Il peut aussi jouer seul à la condition d’avoir des jouets adaptés. L’activité alors est de mâcher un objet. Si vous lui donnez des jouets (balle, peluche…), il les mâchonnera, sinon il en trouvera bien d’autres objets (livre, chaussure, meuble…) par lui-même. Vous pouvez augmenter son attractivité pour ces objets par deux méthodes :

  • Tout d’abord en les changeant régulièrement. Mâchonner pendant des mois la même peluche manque sincèrement d’intérêt à la longue.
  • En ayant des jouets qui vont soit émettre des sons, soit libérer des croquettes pendant qu’il les mâchonne. De nombreux jeux pour chien reposent sur ce principe.

Vous pouvez aussi jouer plus amplement sur l’apport de nourriture. Vous pouvez dissimuler des croquettes dans différents endroits, vous pouvez lui donner un os à ronger ou lui mettre à disposition un distributeur de croquettes qui va les délivrer progressivement. Enfin, vous pouvez le stimuler d’un point de vue sensoriel : lui donner quelques choses à voir, à entendre, à sentir … Bien entendu si c’est toujours la même chose, il s’en lassera. S’il peut regarder par la fenêtre et voir des gens passer (sauf bien entendu si la fenêtre est en bord de route car alors il aboiera à chaque passage), si la télévision est en marche, si le soir d’hiver lorsqu’il est seul, il a un peu de lumière, s’il entend des sons (de la musique par ex), s’il peut sentir des odeurs qu’il aime (par exemple de vieux vêtements avec vos odeurs, c’est mieux que vos chaussettes ou vos pantoufles qu’il n’hésitera pas à emprunter si vous lui donnez rien, alors il vivre dans un « monde plus vivant » et moins ennuyeux.

Surtout changez régulièrement les activités avant qu’il s’en lasse. Mieux vaut un seul jouet à la fois changé régulièrement, qu’une multitude de jouets :

  • Nourriture dissimulée
  • Os à ronger
  • Distributeur progressif de croquette
  • Jouets lui permettant de jouer seul
  • Balle et tout autre objet
  • Objet à mâcher
  • Emetteur de son
  • Distributeur de croquettes

Laisser un commentaire