deux perroquets en rouge sont assis sur une branche d'arbre

Faire parler les perroquets

Depuis une vingtaine d’années, différentes expériences viennent confirmer des observations réalisées par plusieurs propriétaires de perroquets. Ils sont capables de « lancer des phrases totalement adaptées aux circonstances » comme l’indique Philippe de Wailly, vétérinaire spécialiste de ces oiseaux…

Concepts et communication référentielle

En cela, le perroquet, en particulier le gris du Gabon, est largement plus compétent que les autres oiseaux parleurs que sont certains corvidés comme quelques corneilles, corbeaux freux ou pies bavardes… Ils sont aussi plus performants que les mainates qui sont eux capables d’apprendre un grand nombre de mots, qui ont une voix claire proche de celle de l’être humain.

Une chercheuse américaine, Irène Pepperberg, a pu démontrer que son perroquet Alex, un gris du Gabon à queue rouge, était capable d’établir des concepts et de réaliser une communication référentielle, c’est-à-dire qu’il pouvait classer des objets par couleur (rose, bleu, vert, jaune orange, gris, violet) ou par matière (bois, laine, papier, liège, craie, cuir, pierre) ou par forme. Alex comprenait des relations abstraites : plus grand, différent.

Dialogue de sourds ?

Il est possible alors d’établir un dialogue avec eux. Certes, personne n’a encore réussi à avoir une discussion philosophique avec son perroquet, mais le dialogue va très largement plus loin que ce que l’on peut avoir avec les autres animaux familiers.

Mais voilà la question : comment arriver à faire parler son perroquet ? Ce n’est pas si facile. De nombreuses personnes échouent à émettre le moindre mot malgré leur bonne volonté.

Il n’y a pas de méthode miracle, mais un ensemble de facteurs sont à prendre en compte…

La confiance règne

D’abord le perroquet est un animal qui a besoin de relation sociale, de relation de confiance. Le perroquet a besoin de se sentir aimé pour pouvoir apprendre. Sans cet amour, difficile pour lui d’apprendre… un peu comme un enfant mal aimé à des difficultés à l’école. Ceci prépare le terrain, mais n’est pas à lui seul l’élément déterminant.

Il faut de plus le motiver. Il faut qu’il y ait quelques choses à gagner parce que cela représente un effort important pour lui.

Ce gain peut être l’objet qu’il demande. Si lorsqu’il prononce un mot, il obtient l’objet qu’il demande (l’aliment qu’il aime bien, le plus fréquemment), il va vite apprendre.

L’importance du lien avec les perroquets

Mais le plus souvent, ce sera simplement de pouvoir « échanger » avec vous, de pouvoir établir une relation privilégiée avec vous. Ainsi, si plusieurs perroquets sont ensemble, ils préféreront nettement « discuter » entre eux que d’apprendre le langage humain. Leur besoin de communication sera suffisamment comblé.

Par contre, un perroquet isolé cherchera plus à apprendre. Pour inciter son perroquet à parler, Irène Pepperberg lui avait coupé les plumes des ailes, ce qui l’obligeait à demander s’il avait besoin de quelque chose puisqu’il ne pouvait pas le chercher par lui-même. Je trouve la méthode un peu cruelle.

Si vous prolongez une discussion avec d’autres personnes, votre perroquet aura tendance à parler pour que vous vous intéressiez à lui.

Questions pratiques

Les perroquets ont chacun leur personnalité. Certains ont un caractère assez dominant et ne chercheront pas forcément à apprendre, tandis que d’autres chercheront plus facilement à établir des liens.

Bien entendu, le perroquet ne pourra répéter que les mots qu’on lui aura appris. Il y a lieu de répéter devant lui des mots simples au départ en s’intéressant à lui ou à une autre personne. Le fait qu’il entende des mots, à un moment où il est motivé, est de nature à lui faire mémoriser.

Bien entendu, il faudra commencer tôt l’apprentissage. On sait aujourd’hui que le développement du cerveau chez le jeune animal dépend énormément du milieu dans lequel il se trouve.