Les pigeons et les rats ont-ils disparu de Paris

Les pigeons et les rats ont-ils disparu de Paris ?*

Avec le confinement lié au covid-19, les pigeons et les rats semblent avoir disparu des rues et des jardins de Paris. Ceci parait d’autant plus étonnant que plusieurs reportages montrent que la faune sauvage conquière de nouveau la ville ?

Sont-ils devenus aussi parisien que nous ? Sont-ils allés se confiner dans leur appartement ? Où sont-ils allés, en province en famille ou dans leur maison de campagne ? Bien entendu, non.

La grande majorité d’entre eux sont vraisemblablement morts. Et comme les animaux se cachent pour mourir, leurs cadavres sont peu visibles.

Mais pourquoi sont-ils morts ? Sont-ils sensibles au covid 19 et la pandémie les a décimés ? Là encore la réponse est négative.

Et la réponse à cette question sur l’origine de la mortalité est intéressante pour comprendre notre société.

Ils sont vraisemblablement morts … de faim. Les pigeons et les rats consomment nos restes alimentaires qu’ils trouvent dans les poubelles ouvertes, dans les restes de marché, dans les détritus ou les miettes que nous laissons lorsque nous mangeons dehors.

Nous n’avons pas moins consommé durant cette période, mais confinement oblige, nous prenions nos repas à l’intérieur et les déchets furent jetés dans des poubelles fermées. Plus aucune ressource disponible pour eux à l’extérieur.

Il est toujours difficile d’évaluer l’effectif des populations animales. Ce qui est sûr c’est qu’il y a dans Paris plusieurs dizaines de milliers de pigeons et de rats. Chacun de ces animaux consommant entre 20 et 40 g /j. Cela signifie que ces animaux « épurent » habituellement en dehors de la période de confinement, chaque jour, plusieurs dizaines de tonnes de déchets que nous laissons par terre à Paris et qui ne sont pas ramassés rapidement par les services de nettoyage.

On peut aussi s’interroger sur la durabilité de cette « extinction ». Va-t-on avoir une diminution durable de ces populations animales. Cela dépend de nous. Si les déchets alimentaires recommencent à être abondants dans les rues et les jardins de Paris, alors très rapidement, en raison de leur capacité reproductive importante, ces populations animales vont de nouveau être abondante.

* Nous avons cité Paris car c’est toujours la ville de référence, mais ces propos sont valables pour de nombreuses autres villes.

Laisser un commentaire